Origines de la stratégie VISION ZERO

Le concept d’une stratégie zéro accident trouve son origine dans l’industrie chimique et plus particulièrement auprès de l’industriel Éleuthère Irénée du Pont de Nemours (1771-1834). Suite à de graves accidents du travail dans son usine, dus à des explosions causant le décès de travailleurs et la destruction de parties de l’installation de production, du Pont a mis en place des règles de sécurité strictes tout en responsabilisant le management en matière de sécurité et de santé au travail. Convaincu que tout accident pouvait être évité, il a même forcé ses managers à vivre avec leurs familles sur le site de production de l’usine, démontrant ainsi la responsabilité de la direction vis-à-vis de la sécurité et de la santé du personnel. Un élément clé de la culture de prévention de du Pont était et est encore de nos jours la mise en place d’un environnement de travail qui « pardonne » les erreurs humaines.

 

En Europe, le concept de « zéro accident » a pris de l’ampleur dans les années 1990 dans le cadre du développement de stratégies politiques en matière de sécurité routière. La Suède était un des premiers pays à mettre ce concept officiellement en place dans sa politique de sécurité routière et en utilisant pour la première fois la dénomination de « VISION ZERO ».

En 2014, lors du congrès mondial de la sécurité et de la santé au travail à Francfort, l’Association internationale de la sécurité sociale (ISSA) a repris le concept de VISION ZERO, tout en l’étendant aux accidents liés au travail. Pour l’ISSA, VISION ZERO est une stratégie de prévention des accidents liés au travail avec l’idée que tous les accidents peuvent être évités et qu’un monde sans accidents graves ni mortels est possible.

 

En mars 2015, au Luxembourg, tous les membres du Gouvernement ont signé une Charte nationale de la sécurité routière en vue de contribuer à la réalisation de l’objectif européen de réduire de moitié le nombre de tués sur les routes européennes et de diminuer le nombre des blessés graves d’ici 2020. Suite à ce plan d’action, également connu sous la dénomination VISION ZERO, l’Union des Entreprises Luxembourgeoises et son Institut national pour le développement durable et la responsabilité sociale des entreprises (INDR) ont conclu le 1er octobre 2015 un accord de partenariat avec le Gouvernement en matière de prévention des accidents de la route liés au travail.